Tous en vert

 

source : quelque part par

 

Spécial, non?! Du vert partout, même sur l’arbitre!^^

On fait comment pour s’y retrouver?!

 

Cet article a été publié dans Autour du rugby, par ici, Ça me fait sourire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Tous en vert

  1. Jean TIENHAIN dit :

    Quand mon vert est plein, je le vide…
    Quand il est vide, je le plains….

    J’aime

  2. Sergio dit :

    On va dire qu’il s’agit d’une mise au vert, puisque sur gazon… vert !!
    Ouais, c’est la fin de journée, et brouillageux, comme sur le fonds de la photo.

    J’aime

    • Sophie dit :

      Raccord avec l’état d’esprit qui doit régner dans cette « Equipe de rugby Loisir, option apéro, composée d’ ex-valides du RC La Plaine et de jongleurs locaux » 🙂 qui doit pas lésiner sur les jeux de mots! {cf la source 🙂 }

      J’aime

  3. Serge dit :

    Petite anecdote toute en vert nécessitant un préalable pour sa compréhension.
    Lors de la coupe du monde féminine 2014, j’étais au bord des terrains à Marcoussis et je n’ai manqué que les seules parties de rencontres se jouant simultanément : j’ai beaucoup discuté, notamment avec des parents de joueuses, comme ce fut le cas avec ceux d’Ailis Egan, pilier (c’était mon poste autrefois) de l’équipe d’Irlande. Par ailleurs, j’avais copié et je chantais, en vraie communion, les 12 hymnes des équipes présentes (y compris celui, rare, du Kazakhstan).
    En phases finales à Jean Bouin, alors que j’étais en tribune basse pour les 3 derniers matches consécutifs, vêtu d’un tee-shirt vert éclatant (sans rapport avec l’Irlande), un jeune couple -novice en rugby- s’est assis devant moi juste avant la petite finale France-Irlande. A l’issue de l’échauffement, les Irlandaises sont passées devant nous une à une et j’ai lancé un « Come on Ailis » auquel, après m’avoir reconnu, ladite Ailis a répondu par un signe de tête et un sourire. Et peu après, ce furent les hymnes où j’ai fait sonner l’Ireland’s call (et ce chant s’y prête) pour un signe d’acquiescement mêlé de respect du jeune homme devant moi, suivi par sa stupeur quand j’ai ensuite fait péter la Marseillaise.
    Nous avons donc tous été verts durant quelques secondes mais au fond, n’est-ce pas la couleur de l’espérance ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s