Germaine, et les autres

 

© Germaine Chaumel

 

C’est en cherchant à en savoir plus sur Gerda Taro, la compagne de Robert Capa {pas très très longtemps, vu qu’elle est morte en 1937 à même pas 27 ans…} , une pionnière du photojournalisme, que j’ai re-découvert* le travail de Germaine Chaumel. Avec toujours autant de plaisir.

J’ai trouvé cette photo dans ce long article. Long et riche.

Hommage à toutes ces femmes, pionnières du photojournalisme, Germaine, Gerda, Gisèle, Lee…

*article que j’avais écrit en 2014. Et parfois, enfin souvent, je redécouvre mes propres articles! {celui-ci est le 641è sur cette version du blog, et il y en avait plus de 900 sur l’autre…donc mes oublis sont à peu près excusables!}

 

Publié dans Le rugby et elles, Le rugby et la photographie | 2 commentaires

Songs

 

source

Quelle surprise!^^ : je ne connais aucun de ces chants, de ces rugby songs, a priori, plutôt des drinking songs…

J’ai cherché un peu au hasard, en commençant par « Money rolls in« . Alors oui, l’air me dit bien un vague quelque chose…et si je veux m’entraîner, y a même les paroles ici…mais titre inconnu pour moi.

Travailler son anglais avec des rugby drinking songs, ça peut être pas mal ?!^^

{Cette pochette de disque m’a tellement rappelé plein de publications des années 70!…}

 

Publié dans Ça me fait sourire, Le rugby et moi | 8 commentaires

Maillots cassipontins

 

source et © Pejac

Joueurs de Pont-du-Casse, dans le Lot et Garonne, et street artist espagnol…

 

Publié dans Diptyques, Maillots funky fresh | 4 commentaires

« Du classique gros »

 

source

Voilà un documentaire que j’ai raté, en février dernier, avec regret… L’histoire de ce jeune Soane, rugbyman, qui rêve de faire de la danse classique.

Hier, avec les stagiaires de BPJEPS APT dont je m’occupe, on évoquait la nécessité d’ouvrir l’offre de pratique sportive sans a priori d’activités de filles ou de garçons. Soane en est un bel exemple, et sa motivation lui a permis de faire face à tous les a priori de ses copains, ses cousins {qui l’ont charrié de ouf}, avec un bel humour.

On peut l’entendre et le voir danser ICI

Le documentaire était réalisé par Olivier Lemaire

Et une présentation écrite est accessible ICI, une autre ICI

 

Et pour ceux/celles qui ont la flemme de cliquer sur les liens, voilà ce qu’on peut y lire!

 

Soane a 18 ans. Il est un élève en grandes difficultés en terminale ES. Il vit à la campagne à une heure de Bordeaux avec son père tailleur de pierre et sa mère ouvrière agricole. Après avoir fait du rugby toute son adolescence il se découvre une passion pour la danse à 17 ans, ce qui provoque l’incompréhension de son entourage.
Il est reçu aux auditions du Conservatoire de Bordeaux en danse contemporaine et devient très vite l’un des meilleurs. Il faudra impérativement qu’il ait son bac s’il veut continuer à danser et devenir professionnel. C’est l’histoire d’un changement de trajectoire sociale et culturelle, d’un garçon déterminé, d’une passion et d’un rêve.

***

Soane vit avec ses parents à une trentaine de kilomètres de Bordeaux dans un petit village.
Il est très mauvais élève, en terminale avec un an de retard. Betty sa mère est native de la région. Son Père, Gérard, maçon tailleur de pierre, est arrivé il y a vingt ans de son île natale La Réunion. Patriarche fort en gueule, il rêve pour son fils d’une carrière dans le rugby. Soane fait de la danse hip hop. Depuis quelques années, il rêve de devenir un danseur professionnel. Il auditionne à 17 ans au prestigieux Conservatoire de Bordeaux en danse contemporaine malgré d’importantes lacunes techniques, les autres candidats ayant sept ou huit ans de techniques derrière eux. Soane est pris car il a une présence exceptionnelle sur un plateau et une détermination supérieure à ses camarades éduqués du Conservatoire… Parmi les rares garçons sélectionnés, il est le seul à ne pas être issu d’une famille favorisée et dans laquelle la culture tient une place naturelle. Soane est aussi le seul métis.

Parallèlement au Conservatoire, il vient de faire sa rentrée au lycée en terminale. Son emploi du temps est chargé entre le lycée, l’enjeu final du bac, ses quelques vingt heures de danse par semaine, les trajets, les copains, les filles… Difficile pour lui de conserver une vie d’ado.
Le film raconte cette année charnière de Soane jusqu’aux échéances cruciales du baccalauréat qu’il doit absolument obtenir s’il veut poursuivre dans une formation supérieure de danse. Au mois de juin, Soane saura si une vie de danseur peut s’ouvrir à lui.

Publié dans Autour du rugby, par ici | 4 commentaires

Art et essai{s}

 

source

Vous l’aurez reconnu, my dear André. André Lhote. Ce tableau fait déjà partie des 12 proposés sur mon compte Pinterest, mais surprise, les couleurs de cette version ne sont pas du tout les mêmes que là, alors que c’est bien le même tableau. {j’aime toujours autant jouer à chercher les différences!}. Beaucoup plus de clarté dans celui-ci.

Et plaisir à lire l’article source, « Quand le rugby inspire les artistes », écrit par Jérémy Billault en 2015, et toujours accessible!

 

{Ce sont les deux maillots rouges rayés de blanc qui sont mon indice majeur de détection de « chercher les différences », et chose étrange, ils me font penser au logo de LU !^^}

Publié dans André Lhote et le rugby | 5 commentaires

Bazaar

 

Image « proposée » par Pinterest, et bien sûr… sans l’auteur, l’année, le pourquoi, le comment, etc.. En provenance d’un compte Tumblr, « My ear trumpet« , très très funky, rocambolesque, dont l’auteur s’est absenté depuis 2018…Qui ressemble un peu à une armoire, bibliothèque très en bazar {un peu comme chez mes parents^^}, mais c’est aussi ce qui fait son charme! Tellement en bazar que je n’ai pas réussi à y trouver ce gentleman en décor automnal…

En bidouillant, j’ai réussi à zoomer sur le nom de l’auteur en bas à droite. Apparaît celui d’un John Newton Howitt, américain né en 1885, et mort en 1958. Ça peut coller!

 

Edit, quelques heures plus tard : grâce à Frédéric Humbert, alias Mister Rugby Pioneers, nous savons maintenant {merci à lui!} qu’il s’agit, sans trop de surprise, de football américain, et que ce tableau date de 1931!

Publié dans Affiches, Le rugby et les arts | Laisser un commentaire

Mercato estival

 

Venta Peio, à Ibardin – 64

Fin août-début septembre, la plupart des clubs font le point sur le mercato estival, et on découvre les nouvelles recrues. Comment vous dire…en lisant le Hors-série du journal Sud-Ouest, comportant un gros dossier de présentation de la saison 2020-2021, j’ai réalisé que je ne connaissais pas la moitié des joueurs, donc bon…^^

Par contre, quand j’ai découvert comment le SPUC évoquait son mercato estival, là, j’ai kiffé, parce que c’était très drôle. Le SPUC, c’est le club de formation de, entre autres,  Charles Ollivon et Maxime Lucu, et c’est le club du village dans lequel j’ai grandi, Saint Pée sur Nivelle.

C’est ICI que j’ai découvert ces présentations de joueurs, pas sérieuses du tout et drôles, club présidé par « José Pupuce Mourhino ».

Alors je souhaite une très bonne saison au SPUC, et plus particulièrement à Fabien, qui débute à 32 ans une carrière de rugbyman : « Fabien n’est pas boucher à la venta Peio ou chez Pascal Massonde, mais s’il a commencé le rugby, c’est pour remuer de la viande. »

 

Publié dans Le rugby et moi | 2 commentaires

Lignes…

 

© Stéphane Lagoutte

source

C’est par une photo, très médiatisée {la 4è de cette série}, de l’incendie de la cathédrale Notre Dame que j’ai découvert ce photographe, Stéphane Lagoutte. C’est devenu un réflexe maintenant, je cherche systématiquement les auteurs des photos que je découvre…Des fois, faut pas être biglouche tellement c’est écrit petit. Des fois, c’est même pas écrit…

Et ensuite, je cherche à en savoir plus sur les auteurs qui me plaisent. Cette photo, dans sa simplicité, propose du calme, de la tranquillité, des lignes pures… Footing de récupération? Après match? Après entrainement? Deux adversaires? Un fidèle supporter? {qui plairait à ce monsieur!}

 

Je vous souhaite un été simple, calme et tranquille!

See you everybody!

 

Publié dans La vie de ce blog, Le rugby et la photographie | 14 commentaires

Nord Eclair/Dada russe

 

source et quelque part par là… {j’ai pas noté précisément, bouuuhhh!}

 

Et pis c’est tout!…

 

Publié dans Diptyques | 4 commentaires

Henri Lagarde, l’aveyronnais

 

source

Photo Agence Rol – from Gallica/Bnf

Cette photo d’équipe est une photo de l’équipe du PUC*, datée du 14 novembre 1920. Le joueur accroupi à gauche est Henri Lagarde, dont le stade de Villefranche du Rouergue porte le nom.

Ayant découvert il y a peu, la beauté de cette bastide de Villefranche du Rouergue, j’ai cherché à savoir qui était cet homme dont le stade de rugby de Villefranche porte le nom.

Un seul document trouvé, mentionnant le fait qu’il avait été international, mais aucune trace de lui parmi les listes d’internationaux dûment répertoriés…Donc, mystère!

Toujours curieuse de ce que les naming de stade peuvent nous enseigner, j’ai eu envie d’en savoir plus. J’ai posé la question à différentes personnes du cru, sans succès. Et c’est le pôle des historiens du rugby qui a éclairé ce mystère!

MERCI à Frédéric, Francis et Denis, pour leurs contributions!

Donc, maintenant nous savons que Henri a joué au PUC, au poste de 3/4 aile , ce qui apparaît déjà dans le premier document, dans lequel sont signalées par ailleurs ses qualités de sprinter. Il a également joué avec la fac de médecine.

En 1921, il a participé à un match de sélection pour France-Ecosse de 1922, mais ne sera retenu que comme remplaçant. Il apparaît également dans la composition d’équipe d’un match Paris-Londres, sans ensuite jouer le match.

On comprend donc mieux pourquoi il n’apparaît pas dans les listes d’internationaux, mais ce fut un très bon joueur, et comme on peut le lire dans le document proposé par la ville, il fut ensuite capitaine de l’équipe de Villefranche, et président du club, un club omnisports comme il y en avait beaucoup à cette époque, pour lequel il a semble t-il, beaucoup oeuvré. Et ça, ça vaut bien d’être choisi pour donner son nom à un stade! Même si on n’a pas été vraiment international… Et ça vaut bien qu’on se souvienne de lui et du rôle qu’il a pu jouer dans la vie sportive locale…comme de tous ceux/celles qui ont contribué à enrichir tous les genres de patrimoine…

 

Edit : il semblerait que les bienfaits de ce monsieur n’aient pas été tout à fait au point pendant le seconde guerre^^…

 

*Club parisien dont l’emblème est une violette! Et qui avait mis en ligne plein de petites aventures rigolotes survenues au club…lien vers ces blagounettes qui n’est plus accessible^^…

 

 

Publié dans Histoire du rugby, par ici, Photos d'équipes | 13 commentaires