Max et les Eléphants

source

Max Brito, équipe de Côte d’Ivoire, porteur du ballon, coupe du monde 1995, match contre les Iles Tonga

***

Je suis {du verbe suivre!} le rugby sénégalais d’assez près, c’est comme ça que j’ai découvert qu’un rassemblement de joueurs avait lieu en vue de préparer la coupe d’Afrique, et que dans le groupe, il y avait un joueur, frère d’une jeune athlète de mon club d’athlétisme, Fernandez Correa. {sa soeur, c’est Thierrine, elle a fait ses premiers France Elite en triple-saut fin juin, alors qu’elle n’est que junior 1}.

Et c’est ainsi que j’ai découvert l’importance de ces matchs qui viennent d’avoir lieu dans le sud de la France. Et que j’ai également découvert plein d’autres choses…Grâce entre autres aux documentaires que Canal+ a proposé sur le développement des équipes nationales d’Algérie, de Côte d’Ivoire…

Je ne savais pas, par exemple, que la Côte d’Ivoire s’était qualifiée pour la coupe du monde de 1995. Seul pays d’Afrique, hors les abonnés que sont la Namibie et l’Afrique du Sud, à avoir réussi cet exploit.

Et je ne connaissais pas l’histoire de Max Brito, 3/4 de cette équipe de Côte d’ivoire en 1995, qui a vu sa vie basculer lors de cette coupe, lors de leur match contre les Tonga…

Max Brito a accompagné la préparation de l’équipe de Côte d’Ivoire pour cette phase finale « 2022 » des qualifications. J’ai découvert cet homme dans le documentaire « Le réveil des éléphants », et j’ai été impressionnée par ce qu’il dégage, compte-tenu de ce qu’il a vécu. Une force posée, un calme apaisant, une tranquillité apparente, impressionnante…

La Côte d’Ivoire ne participera pas à la coupe du monde de 2023, c’est encore la Namibie qui a gagné cette qualif, mais les éléphants se sont offert en 2021 une victoire contre la Namibie, à la surprise générale, et pour le plus grand bonheur de Max…

Cet article a été publié dans Autour des coupes du monde, Autour du rugby, ailleurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Max et les Eléphants

  1. André Bœuf dit :

    Encore une symphonie de mouvement et de couleurs. J’éviterais de penser aux « Voyelles » cette fois…Quoique…Pratiquement pas de bleu.

    Aimé par 1 personne

  2. Serge Eynard dit :

    Et oui, et tout le monde sait qu’un éléphant ça trompe énormément.
    Sinon en 95, le Zimbabwe s’est aussi qualifié pour la coupe du monde et avait été aussi invité pour celle de 87.
    Issu du territoire de l’ex Rhodésie du Sud (Rhodésie du Nord devenue Zambie). Et la Rhodésie est une des rares nations à l’époque et aujourd’hui encore, et seule nation africaine à avoir battu les Blacks le 27/8/1949 score 10 à 8 à Bulawayo en Rhodésie du Sud, et nul 3/3 le 30/8/1949 à Salisbury tjrs Rhodésie du Sud à l’époque. En 1960, ils ont par contre perdu les 2 tests sans prendre des pilules. Le rugby rhodésien (influence sudaf à priori) à ce moment là semblait représentatif… difficile de trouver des infos à part ce lien ci-dessous.
    https://www.theroar.com.au/2014/07/10/miracle-bulawayo/
    Depuis, sont à l’abandon..
    Et le logo du Zimbabwe (tête d’antilope/cheval ??🤔..) ou l’un d’entre eux car ils s’en présentent plusieurs en recherche, s’appelle « sables ». Je sais pas s’il s’agit du plus récent. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Logo_Zimbabwe_Sables

    Aimé par 1 personne

  3. dd dit :

    Le témoignage de Max Brito m’a foutu un peu dedans… Devenir infirme par la grâce de grosses brutes qui l’ont massacré en se jetant dessus… Sans compter sur les doigts dans les yeux, les arrache couilles… on se demande qui fait la loi sur le terrain…

    Aimé par 1 personne

    • Sophie dit :

      Moi aussi, très troublée par cette histoire…Il me semble que dans ce reportage, Max Brito va même jusqu’à dire qu’il est un peu fautif^^… {j’ai un doute…faudrait que je le re-regarde… genre « j’ai voulu me relever, j’ai eu tort »…}. Et qu’ont pensé, ressenti ses adversaires suite à cet accident de match?? {qui « faisait » la loi…il me semble que ce genre de truc est maintenant très scruté par la troupe d’arbitres qui gère un match ??! }

      Aimé par 1 personne

      • ddddd dit :

        Il existe un effet « ligne de touche » assez désastreux. Qu’un joueur se fasse pousser en touche, je veux bien, mais qu’ils s’y mettent à plusieurs en lui infligeant des coups au prétexte qu’ils se laisse pas faire, je l’ai vu de mes yeux et tout le monde trouvait ça normal… Le président du club en tête… Y’a des endroits comme ça, sur le terrain, où la traitrise semble permise. La « punition » si chère aux anciens du rugby…

        Aimé par 1 personne

      • Sophie dit :

        Ça craint… :-/ … Préserver l’intégrité physique des joueurs devraient être un incontournable ²…^^

        Aimé par 1 personne

  4. Serge dit :

    Les matches cités par Sergio contre la Rhodésie (alors assimilée en rugby à une province Sud-Africaine) ne sont pas considérés comme des tests-matches et ils font partie d’une tournée en Afrique du Sud de 25 matches disputés du 31 mai au 21 septembre 1949 (soit près de 4 mois).
    Dans cette tournée, réalisée sans joueur d’origine maorie, apartheid oblige, seuls les 4 matches contre les Springboks (perdus par les Néo-Zélandais) sont des tests officiels.
    Anecdote amusante et rare sinon unique cas dans l’histoire, le jour du 3ème test le 3 septembre, les All Blacks disputaient un autre test-match à domicile contre l’Australie (perdu lui aussi), avec des joueurs évidemment différents, dont les maoris interdits de tournée.

    Aimé par 1 personne

  5. Serge dit :

    Je viens de voir avec ton lien que j’avais déjà écrit un commentaire similaire le 17 mai 2010.
    Désolé de cette redite mais cela me permet au moins de voir que ma longue hibernation toujours pas achevée n’altère pas trop mes capacités cognitives.

    Aimé par 1 personne

    • Sophie dit :

      Tu n’as pas à être désolé! Au contraire! On a besoin de rafraîchissement de mémoire, et j’aime beaucoup replonger dans les textes et commentaires écrits il y a longtemps…Re-découverte! Le plaisir de re-lire est évident. Parce qu’entre temps, on s’est enrichi d’autres trucs, on lit/voit les choses un peu différemment, les contextes évoluent…Bon, des fois, on peut flipper un peu en se disant « mais ça, je ne m’en souviens plus du tout »! Pas grave, et sans doute un peu normal… 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s