Mervyn

source

Quand j’avais découvert cette photo {enregistrée dans mes brouillons depuis un bon moment…}, j’avais tout d’abord souri en pensant « ben là, on peut pas se gourer de décennie s’il faut dater la photo! » {années 70 à fond les ballons}. Et j’avais bien reconnu le maillot gallois…Par contre, intriguée par le fait qu’ils ne soient que 6 à poser…Mystère éclairci : « Welsh’s representatives on the 1971 British & Irish Lions tour to New Zealand, 1971« . En clair, les gallois retenus pour la tournée des Lions en Nouvelle-Zélande.

Et quand j’ai regardé qui étaient ces garçons, j’ai vu qu’il y en avait quelques uns de très connus…mais que je ne sais pas forcément identifier au premier regard, n’étant toujours pas une grande championne de la mémoire…

Parce que le JPR Williams, joueur du milieu, debout, je le connaissais, et le très grand, debout à gauche est également très connu. Mister Mervyn Davies. Et mister Richard Escot m’avait signalé son existence…il y a dix ans! {cf un des commentaires!}. C’est en relisant cette ancienne note que j’ai re-découvert tout ça…Garder ses écrits, les relire, that’s the point… Je redécouvre plein de notes sur l’ancienne plate-forme avec un grand plaisir. Et la crainte que over-blog cafouille…Il y a déjà quelques bugs avec quelques photos…

J’avais également bien apprécié l’humour du texte qui accompagnait cette photo, que je vous laisse dans la langue d’origine, assez facile à capter :

Long before I developed my typically English opinions of the Welsh (yes, yes I know it’s mutual), when I was merely a roly-poly soft centre waiting to happen, there was Mervyn Davies. Merve the Swerve Davies was one of those sensational players that, as a young boy, you couldn’t take your eyes off. He was a magnificent specimen, and was picked for both the victorious British Lions tour to New Zealand in 1971 and the infamous 1974 tour to South Africa (the ’99 Tour). When I first took an interest in the oval ball game in 1976 I quickly found two heroes to adore – JPR WIlliams and Mervyn Davies. Yes, they were both welsh and both were as hard as nails. Everything I wasn’t.

Cet article a été publié dans Histoire du rugby, ailleurs, Photos d'équipes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Mervyn

  1. frederic1892 dit :

    tu as peut être reconnu le maillot Gallois… mais ce n’est pas le maillot Gallois !!

    Nos cinq amis – Mervyn Davies, JPR Williams, Mike Roberts, Geoff Evans, Gerald Davies, John Dawes and John Taylor – portent les couleurs de leur club, le « London Welsh » 😉

    Et oui, tes gars sont bien en partance pour la Nouvelle Zélande… 5 gars d’un même club dans le squad des Lions ça n’arrive pas si souvent…

    Deux « notes » pour plus tard, ou pour ton exploration personnelle :
    – vous parler des « London French » créés avant la Grande Guerre (sans lien avec les « London French » actuels…)
    – vous parler de John Taylor – en bas à droite – personnalité atypique (« communiste » !!) qui refusera la sélection avec les Lions suivants se rendant en AfSud… dans la légende galloise pour avoir donné la victoire à son équipe à la dernière seconde contre l’Ecosse 1971 d’un magistral coup de pied à la dernière seconde alors qu’il jouait 3eme ligne… et que j’ai eu le plaisir de rencontrer il n’y a pas trop longtemps 😉

    J’aime

    • André Bœuf dit :

      Tout-à-fait….
      D’accord, c’est Mike Roberts. En costume noir Geoff Evans pas encore sélectionné pour la tournée en N.Z. Il y partira en remplacement de …? Taylor tapait, comme presque tous les buteurs à l’époque, du pointu et qu’à droite, si je me souviens bien. Un second buteur à gauche et un troisième -Mervyn Davies il me semble- de face et de loin? Comme un Bastiat chez nous ou Eales, plus tard, en Australie….Par ailleurs, j’ai le souvenir que M.Davies a été frappé d’une attaque cardiaque sur le terrain: en couvrant sa ligne de 3/4 en défense.

      J’aime

      • frederic1892 dit :

        Voilà la video de la fameuse transformation de John Taylor… son coup de pied commence à 2’40 https://www.youtube.com/watch?v=2qgytaTDGeg

        Il botte parce que son buteur est sonné… gaucher, il est sur son bon pied à droite… J’ai revu la video 3x, j’ai bien l’impression qu’il botte avec le coup de pied, moderne… 😉

        J’aime

    • frederic1892 dit :

      six pas cinq… c’te neuneu !!

      J’aime

      • André Bœuf dit :

        Quel match somptueux! Et quel rugby! Que je préfère à celui d’aujourd’hui: je pourrais argumenter. Mais ce n’est pas le moment. Oui, Taylor butte du coup de pied. Comme Barry John, qui fût un des premiers, sinon le premier…Et j’ai vu que c’était Peter Brown qui butait pour les Ecossais.

        J’aime

      • Serge EYNARD dit :

        André, tous les sports ont évolué notamment les sports d’équipes, autant techniquement que sur le jeu. Aujourd’hui déjà, on voit très peu d’essais sur des attaques 1re main. Tout est bouclé, d’où les percussions, tous ces rucks, qui ne font pas tout non plus. Car en jouant debout avec des off loads, on peut déstabiliser aussi. Les blacks, l’EDF le prouve. Il faut une faute de défense en 1re main pour passer, sinon pas mal de turn over. Même chose dans le foot. Après c’est la nostalgie souvent, qui fait que… Aujourd’hui, la muscu donne un image gladatoriale de la chose. Il y a 40 ans, je me rappelle qu’il y en avait aussi plus d’un qui impressionnait aussi sans pour autant avoir taté de l’altère, et go…
        C’est plutôt côté 3e mi temps que ça a baissé. Et plus de banquet après match comme avant😉😉… Aujourd’hui, de la récup, nutrition adaptée, équilibrée, le corps outil de travail… Bref, pas un permis à points mais une autre ligne de conduite.😁

        J’aime

  2. André Bœuf dit :

    a mon avis une photo des Gallois qui jouaient aux London Welsh dans les années 1970. Avec les deux que tu cites, je pense y voir Geoff Evans debout, et, de gauche à droite assi, Gérald Davies, John Dawes et John Taylor.

    J’aime

  3. André Bœuf dit :

    A mon avis…assis,…

    J’aime

  4. Serge EYNARD dit :

    L’époque des rouflaquettes en rugby gallois.
    Et le Gars en costard c’est qui ?

    J’aime

  5. DD dit :

    Si tu pouvais nous trouver de la photo avec:https://fr.wikipedia.org/wiki/Gwynne_Walters

    J’aime

  6. André Bœuf dit :

    Mais G.Walters est un arbitre remarquable qui a officié en particulier pour France – Afrique du Sud à Colombes en 1961. Denis Lalanne en a fait une référence de l’arbitrage.

    J’aime

  7. Sophie dit :

    Merci à tous pour vos contributions!
    J’ai de quoi m’occuper, à explorer toutes les pistes proposées 🙂
    Si j’en juge par le jeu vu dans la vidéo proposée par Frédéric, en 1971, c’est un jeu « sans faire de tas », très fluide, très en mouvement, et je comprends que ce jeu-là puisse être préféré…J’aime aussi beaucoup le jeu « sans tas »^^…
    Bon, et petite enquête à mener côté logo du Pays de Galles et du London Welsh {club dont je découvre l’existence!}…
    So, affaires à suivre! 😉
    Et encore merci à tous!

    J’aime

    • frederic1892 dit :

      « London Welsh », « London Irish », « London Scottish » remontent aux années 1880… de grands clubs « communautaires » pour ces provinciaux venus travailler à la capitale… de grands pourvoyeurs d’internationaux aussi… ces trois équipes jouent avec les mêmes couleurs que leur équipe nationale… les deux premiers ont réussi à prendre le virage du professionnalisme (en 2eme div, je crois, sans aller vérifier)

      un « London French » est né en 1911, de moindre niveau, et n’a pas survécu à la Grande Guerre. Un autre « London French » a été créée par les expats dans les années 1960s

      J’aime

  8. André Bœuf dit :

    Pour Sergio: je pense que la nostalgie n’a rien à voir là-dedans et Sophie a, finalement, parfaitement répondu à ma place. Quoiqu’il en soit, je suis toujours prêt à argumenter quand il le faut.
    Par ailleurs, et pour établir un parallèle aux clubs des « provinciaux » à Londres dont parle frederic1892 (pourquoi 1892?), l’école de Gurcy-le-Châtel -EDF- récupérait bon nombre de « provinciaux » du Sud Ouest qui allaient durant un certain temps jouer au Racing dans le filière dite civile; les plus connus d’entres eux étant François Moncla et Michel Crauste, deux futurs champions de France, internationaux et capitaines de l’Equipe de France. A mon époque, je me souviens de matches typiquement « rugby » contre des équipes de Brétigny-sur-Orge. Une base aérienne alimentait régulièrement l’équipe en joueurs en provenance du sud-ouest. D’une année à l’autre le niveau pouvait évoluer sévèrement.

    J’aime

    • frederic1892 dit :

      André, « 1892 » par référence au premier championnat de France de rugby 😉

      n’etait ce pas déjà sur le blog de Sophie que je partageais il y a quelques semaines une photo de l’école EdF de Gurcy le Châtel… avec son terrain de rugby devant ?
      Gurcy le Chatel centre de formation EDF - Racing Club de France

      J’aime

    • Sophie dit :

      A propos de « Faire des tas », j’avais écrit une note sur ce sujet en juin 2014, avec un lien vers une conférence TED de Daniel Herrero, qui hélas n’est plus en ligne…Lui aussi disait « pour un oui, pour un non, on fait des tas », et ça m’avait plus que fait sourire! Le jeu évolue, comme tout dans la vie, l’impermanence des choses est pour moi le truc le plus déconcertant de la vie, et sans parler de nostalgie, on peut avoir plus de plaisir à voir du jeu fluide plutôt que des tas. Et comme le souligne Serge E., le jeu des bleus a retrouvé de la fluidité, des moments de jeu « debout », que j’aime beaucoup!

      J’aime

  9. André Bœuf dit :

    Je ne me souviens pas.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s