A Soustons

source

C’est en rendant visite à ce monsieur {ou cette dame?!} anglais qui propose des photos de « beautiful rugby fields » que j’ai découvert ce stade. Soustons, je connais, ayant grandi dans ce soin {des colonies de vacances à Hossegor et Léon! psssst : c’est dans les Landes, le 40!}}. Par contre Rémy Goalard, connaissais pas…{Avant de mieux regarder, j’ai cru lire Rémy Gaillard!}

J’aime bien découvrir les personnages qui sont à l’origine des « naming ». Ce Rémy est un joueur de rugby, 3è ligne, qui a surtout eu un rôle de résistant lors de la seconde guerre mondiale, après avoir perdu deux frères, et presque trois lors de la première…Deuxième guerre mondiale dont il ne sortira pas vivant…

Une stèle a été installée au stade, en 2015, de façon à le présenter à ceux qui ne connaissent pas son histoire. Se souvenir, pensées…

Et pour en savoir plus sur ce club de Soustons, on peut déjà visiter leur site! {plutôt bien actualisé!}

Cet article a été publié dans Au gré des prés, Autour du rugby, par ici, Le rugby et les guerres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour A Soustons

  1. Serge EYNARD dit :

    Soustons, comme Peyrehorade ou d’autres, des clubs landais formateurs dans les années 70/80. D’ailleurs à Soustons des stages nationaux étaient accueillis autant que je me rappelle.
    Avec l’emprise financière, plus compliqué de faire de la résistance, même si l’ovale reste de rigueur landaise. Tyrosse végète de puis longtemps, Dax en sait quelque chose. Le Stade montois alterne bonne et mauvaise année. Et la région s’essaie tjrs à trouver conciliation pour un grand club réunifié… qui ne vient pas. Chacun garde ses moutons ..

    J’aime

    • Sophie dit :

      Je ne connais pas le rugby landais mais que chaque club veuille garder son identité ne me surprend pas! Apparemment Soustons accueille toujours des stages nationaux!…
      La seule chose que je savais à propos du rugby landais, et qui m’avait fait sourire quand je l’avais découvert, c’est que les basques ont préféré se rapprocher des landais plutôt que des béarnais, qui ont pourtant le même numéro de département, à savoir le 64! J’avais écrit une note en 2014, à propos du superbe bâtiment qui accueille ce comité, mais je ne sais toujours pas pourquoi « Côte Basque-Landes » et pas « Côte Basque-Béarn »!

      J’aime

  2. André Boeuf dit :

    Le Léon, c’est Breton aussi.

    J’aime

  3. Daniel Duret dit :

    Et Cap Breton serait pas landais par hasard ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s