Andréa

Photo {superbe} trouvée sur Facebook, sans autre information que le nom de cette joueuse, Andréa Dirabou Kouassi.

Et en cherchant à en savoir plus, j’ai découvert, outre le fait qu’elle est ivoirienne, évoluant au sein du club de Villeneuve d’Ascq, en Elite, qu’elle avait commencé par pratiquer la lutte.

Un petit écho à un échange tout récent avec une jeune collègue prof d’EPS, qui développe le rugby, surtout féminin, dans un des collèges d’Evreux, joueuse à XV qui a commencé par pratiquer la lutte, et écho également à mes premiers cycles de rugby avec des classes de 5è mixtes, pour lesquelles ce cycle de rugby était jumelé avec un cycle de lutte.

Et dingue comment cette association facilite l’approche du plaquage…

Lors de mon échange avec cette jeune collègue, j’évoquais mon regret de ne pas avoir pu pratiquer le rugby, tout en étant dubitative sur ma capacité à kiffer les plaquages! Et elle m’a confirmé que la lutte, ben y a rien de mieux pour désacraliser les plaquages!

{on peut retrouver une grande interview d’Andréa ici, sous la forme de « Conseils de grande soeur« !}

Cet article a été publié dans Le rugby et elles, Le rugby et moi. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Andréa

  1. André Bœuf dit :

    Je vois que tu continue dans le sillon de la multi activité. Ce qui confirme mes impressions que tu en avais déjà parlé (voir olivier Brouzet…). Tu dois aimer le triathlon.
    De mon côté j’ai pratiqué (je veux dire licencié) le rugby, le vélo, le tennis, le tennis-de-table et le volley. Plus, évidemment, un peu de gym, de la course et de la natation en préparation/détente. Un triathlon, j’en ai fait un: à Aix-les-Bains. Un promo (500,20 et 5)…
    C’était un débat permanent avec un vieil ami (décédé maintenant) pur cycliste, Michel Scob -un pistard- qui aurait voulu que je me spécialise dans le cyclisme et que je fasse tout pour aller le plus loin possible. Mais j’aimais trop le rugby et son côté collectif et amical.

    J’aime

    • Sophie dit :

      Oui, je suis une grande « défendeuse » de la polyvalence dans la pratique! Des restes sans doute de ma formation. Très marquée par des interventions en « Ecole de sport » pour le Bordeaux Etudiant Club, l’époque des clubs omnisports, où les enfants avaient la possibilité de pratiquer plein de sports différents, par cycles de 6 à 8 semaines quand ils étaient petits, puis ils n’en gardaient que 3 autour des 10 ans, et un seul quand ils avaient dans les 12-13… Epoque terminée…
      Eh non, pas triathlon, le vélo est pour moi un moyen de transport, que j’utilise beaucoup, mais jamais en mode « sport »! Ni la natation d’ailleurs, alors que j’aurais pu la prendre en spécialité…Toi aussi, tu as une pratique avec un panel d’activités très large et diversifié! C’est exactement ce que tu évoques, on aime différents sports parce qu’ils apportent des choses différentes, à plusieurs points de vue…Et même à haut-niveau, différencier ses pratiques peut être un sacré enrichissement…

      J’aime

      • Sophie dit :

        Tu voulais peut-être dire « aimer regarder le triathlon », et pas forcément « aimer pratiquer »! Je m’y intéresse, mais pas de très près. Pas mal de triathlètes font du cross-country en hiver {nos équipes de cross accueillent régulièrement des triathlètes, nos équipes d’interclubs également…}. Et j’avais été très marquée par la performance de Vincent Luis lors des France de cross au mans en 2016. Longtemps aux alentours de la 50è place du peloton, il finit la course 2è, une remontada de folie. Bon, un cross long seniors hommes, c’est plus de 10km dans la boue, ça laisse le temps de remonter, mais à ces allures-là, c’est chaud!

        J’aime

  2. Serge dit :

    Andréa n’a peut-être pas forcément tort de se projeter sous le maillot Ivoirien un de ces jours, même si elle en rit parce qu’elle sait que le chemin sera extrêmement difficile.
    En effet, la porte s’est ouverte la semaine dernière en Afrique de l’Ouest où, pour la première fois de l’histoire, le Burkina Faso a disputé 2 matches de rugby à XV féminin (perdus 0-37 mercredi 9 juin et 3-35 samedi 12 contre le Cameroun, néophyte également), en marge du tournoi masculin qualificatif à l’Africa Cup qui avait lieu à Ouagadougou et dont j’ai parlé dans le XV du D.U.C.
    A défaut d’avoir pu arbitrer un des 3 matches masculins (il y avait 4 arbitres officiels), c’est Bineta Sène qui était aux commandes de ces deux matches féminins, la « finale » masculine (victoire du Burkina Faso 17-13 sur le Cameroun) étant dirigée par l’Ougandaise Saudah Adiru, que j’ai déjà évoquée également.
    Mais ne cherche pas encore le Burkina Faso et le Cameroun dans le classement mondial de mon blog car je ne l’ai pas encore mis à jour…

    J’aime

    • Sophie dit :

      Super good news que les équipes féminines à XV de ces pays commencent à disputer des matches! Merci pour toutes ces précisions, et je note {par écrit, pas dans ma tête 😉 } le nom de cette arbitre ougandaise! Il y a sans doutes des photos de ces matches sur le net…Je vais chercher!

      J’aime

      • Serge dit :

        Et peut-être encore plus proche qu’on ne le pense, mais je ne sais pas si Andréa fait ou fera partie de l’aventure. Voir l’article de Sport News Africa en lien sur mon nom.
        En l’absence de coupe continentale en 2021 pour les femmes, Rugby Afrique a décidé que chacun des tournois qualificatifs à l’Africa Cup 2022 devrait s’accompagner de rencontres féminines (comme ce fut le cas à Ouagadougou en barrage). Les 4 tournois masculins ont lieu ce début juillet, en Namibie et au Kenya du 3 au 11, en Ouganda et en Tunisie du 10 au 18. C’est je pense ce dernier qui est évoqué dans l’article.

        J’aime

      • Sophie dit :

        A suivre alors!
        J’avais vu l’article que tu mets en lien. Tes précisions nous éclairent, on comprend mieux le cadre de tout ça, merci merci!

        J’aime

      • Serge dit :

        Pas de Cameroun mais Tunisie-Côte d’Ivoire le 9, Côte d’Ivoire-Sénégal le 13 et Tunisie-Sénégal le 17, tous les matches à Monastir.
        On verra bien si Andréa joue…
        Et pour info, 2 Kenya-Madagascar à Nairobi et 2 Ouganda-Zimbabwe à Kampala.
        Par contre, le tournoi masculin prévu en Namibie ayant été déplacé, pour raisons sanitaires, en Côte d’Ivoire, pas de match féminin par voie de conséquence.

        J’aime

      • Sophie dit :

        Merci Serge! Dommage pour le « pas de matchs féminins en Côte d’Ivoire »… :-/
        Affaire à suivre!

        J’aime

    • Serge dit :

      Lors du match masculin d’hier entre la Côte d’Ivoire et la Namibie, le speaker au bord du terrain (il n’y avait pas de commentateur) a indiqué, même si je n’ai pas tout bien compris, que les dames devaient effectuer le déplacement à Tunis et que malheureusement, lié au Covid, elles restaient là : une professionnelle de Lille (donc Andrea a priori) avait fait le déplacement (en Côte d’Ivoire) et il lui souhaitait de bonnes vacances, en espérant que les choses reviennent dans l’ordre. A suivre donc car cette annulation n’est encore indiquée nulle part ailleurs.
      A noter que la Côte d’Ivoire a battu 24 à 13 la Namibie (numéro 1 Africain hors Springboks) et il n’y a pas eu photo. Comme il s’agit d’un tournoi à 3 sur 8 jours avec les 2 premiers de qualifiés, la Namibie (présente aux coupes du monde depuis 1999) va devoir s’imposer après seulement 4 jours de repos face à Madagascar (sans match disputé avant) pour pouvoir continuer les qualifications pour la France 2023.
      Dans le même temps, en écho à mes commentaires dans le XV du D.U.C, le Sénégal est allé s’imposer hier à la dernière seconde des arrêts de jeu 20-19 au Kenya (numéro 2 continental depuis des années). Pour les mêmes spécificités de tournoi, cet exploit devra s’accompagner d’une victoire (ou d’un nul) après 4 jours de repos face à la Zambie (qui débutera), Zambie que je vois mal venir à bout (4 jours après encore) d’un Kenya mortifié et au repos depuis 8 jours.
      Oui, je sais, c’est compliqué et il faut s’accrocher, mais ce sont les joies du rugby international et de ces qualifications, où l’Afrique devrait être le continent où le plus de pays auront été impliqués pour 2023.

      J’aime

    • Andrea Dirabou Kouassi dit :

      C’est super de vous lire.
      Oui ce n’est pas évident mais je reste optimiste.
      J’ai passé 2 mois à m’entraîner en Côte d’Ivoire et j’ai une meilleure visibilité sur le terrain, sur les difficultés mais aussi sur nos forces.

      J’aime

  3. Daniel D dit :

    Andréa c’est toi ?

    Bin, entre et assieds toi…

    J’aime

  4. Serge dit :

    Le tournoi féminin annulé cet été en Tunisie a finalement été reporté sur octobre avec ce samedi 9 un Tunisie-Sénégal, mercredi 13 Sénégal-Côte d’Ivoire et dimanche 17 Tunisie-Côte d’Ivoire.
    Avec 2 matches de championnat d’élite 1 avec Lille le dimanche 10 (à domicile contre Bordeaux) et le dimanche 17 (à Chilly-Mazarin), je ne suis pas sûr qu’Andréa puisse être libérée.
    Peut-être nous en dira-t-elle plus si elle repasse par ces pages ?

    J’aime

  5. Serge dit :

    Sénégal 45-5 Côte d’Ivoire.
    Le match, en lien sur mon nom, vient de se terminer mais je ne l’ai pas encore regardé.

    J’aime

    • Serge dit :

      Et visiblement, Andréa était capitaine. Et fière de porter le maillot national.
      Voir la photo (et les suivantes) sur mon nom

      J’aime

      • Sophie dit :

        Merci Serge! Je n’ai pas vu le match, étant au stade cette après-midi, et je ne pensais pas pouvoir faire de « rattrapage »…Merci de nous le mettre en lien! J’ai moi aussi vu ces photos {il y en a une super chouette d’elle toute seule…}. Elles en auront forcément appris quelque chose, et hâte de voir ces deux équipes. Gabarits impressionnants dans l’équipe du Sénégal… Arbitres de touche : deux femmes! 😉

        J’aime

  6. Serge dit :

    Saudah Adiru l’Ougandaise et Beril Akinyi la Kényane, avec le Tunisien Aymen Jriji au sifflet.
    Le seconde arbitrait samedi le match Tunisie-Sénégal (14-3), avec la première et le troisième sur la touche.
    Sans trop m’avancer, je pense que la rotation continuera dimanche pour Tunisie-Côte d’Ivoire avec Saudah Adiru au centre du terrain.

    Bonus arbitres féminines : si Sara Cox a arbitré fin septembre Harlequins-Worcester en Premiership (plus haut niveau masculin Anglais), Aurélie Groizeleau a arbitré (enfin) le week-end dernier en Pro D2 le match entre Aurillac et Bourg-en-Bresse. Pas encore le Top 14 mais on se rapproche.

    J’aime

  7. Serge dit :

    61-0 pour la Tunisie (mais une transformation face aux poteaux a peut-être été oubliée). Dur dur pour la Côte d’Ivoire qui poursuit un apprentissage difficile (9 essais encaissés aujourd’hui, 7 mercredi).
    Andréa a joué presque toute cette partie troisième ligne centre et, sauf erreur de ma part, c’était elle qui avait marqué l’essai contre le Sénégal.
    Comme mercredi, le match d’aujourd’hui est en lien sur mon nom (avec les commentaires en arabe).

    J’aime

    • Sophie dit :

      Merci Serge! J’ai vu le score du match d’aujourd’hui mais pas tout le match…Oui, dur apprentissage, mais c’est une équipe qui, si j’ai bien compris, n’a été mise en place qu’il y a seulement 6 mois…Ça va donc être long, et j’espère 1-Qu’elles ne vont pas se décourager et 2-Qu’elles vont pouvoir jouer des matchs contre des équipes avec un écart de niveau moindre…Déjà, elles ont eu le courage de s’engager dans cette Africa Cup!

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s