Arme de distraction massive

 

source

J’avais déjà lu des trucs sur l’impact des smartphones concernant les nouvelles générations de joueurs. Les anglais, comme sûrement d’autres équipes, ont dû chercher des solutions. Un temps, au moins en 2017 {mais je crois que c’est fini??}, ils ont travaillé avec Sheryll Calder, qui sait faire travailler les yeux. Je ne sais pas si l’équipe de France a dans ses menus de préparation une « gym des yeux », mais les joueurs ont un protocole à respecter en lien avec l’utilisation des smartphones, et s’il n’est pas respecté, la punition est de passer un certain temps, un temps certain, avec un casque de pompier sur la tête!

C’est un de mes stagiaires BPJEPS APT de cette année, qui m’a transmis cette vidéo qui explique tout, après un de mes recadrages faisant suite à des utilisations répétées de leurs smartphones « hors-cadre règlement intérieur »…

***

La photo provient du site de l’association nationale de rugby des sapeurs-pompiers, association qui porte le nom de Paul Saldou, président de Bègles de 1966 à 1971, sapeur-pompier, figure éminente de la résistance et du rugby

 

Cet article a été publié dans Ça me fait sourire, Histoire du rugby, par ici. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Arme de distraction massive

  1. André Boeuf dit :

    Il y a certainement une relation avec l’ E.M.D.R….

    J’aime

    • Sophie dit :

      C’est sûr que l’E.M.D.R s’appuie sur des mouvements oculaires, mais dans un but thérapeutique, avec d’autres trucs associés… Là, je dirais que l’utilisation des smartphones impacte à la fois les capacités de concentration et de prises d’informations visuelles, avec ce que cela induit en lien avec la spécificité de ce sport {les co-équipiers ne sont pas devant soi!^^ et le regard cadré sur un écran petit rikiki rétrécit le champ visuel}, en terme de traitement de ces informations, et de la prise de décision motrice…Rapidité/Qualité…Impossible d’être un bon joueur sans ces qualités-là…

      J’aime

  2. Sergio dit :

    Oui, j’avais vu ça. Il me semble qu’Eddy Jones y a travaillé dessus. Pas nous que je sache…

    J’aime

  3. Christian B dit :

    c’est surtout qu’au niveau de la formation, peu d’éducateurs mettent en place des situations pour travailler l’apprentissage visuel et l’apprentissage décisionnel, et qu’ils s’en tiennent qu’à l’apprentissage effecteur ! C’est souvent par méconnaissance des principes de l’apprentissage moteur, à savoir que la prise d’infos précède le choix tactique et que le geste ou l’action n’est que la résultante . Bien connaître le jeu et son apprentissage pour l’enseigner à des joueurs qui joueront juste à partir d’une bonne lecture

    J’aime

    • Sophie dit :

      Je plussoie!
      La question que je me pose, c’est « Est-ce que les éducateurs qui sont en place depuis un paquet d’années voient une évolution chez les jeunes des capacités « visuelles » qui pourraient être impactées par l’usage des smartphones?? » :-/

      J’aime

      • Christian B dit :

        Je ne sais pas pour les smartphones, mais ce qui est évident, c’est bien la disparition des jeux « sauvages » ou jeux libres (jeu de balles et autres, dans la rue, les cours, etc …) pour développer l’intelligence tactique en ouvrant son champ visuel (prise d’infos),.. qui manquent le plus aux jeunes générations , en rajoutant souvent une motricité défaillante !

        J’aime

      • Sophie dit :

        Je re-plussoie! 😉
        Quand je vois le plaisir qu’ont les 6-16 ans à jouer à l’épervier quelque soit l’endroit, l’engagement qu’ils y mettent, les stratégies qu’ils développent, la motricité mise en place, le travail des appuis, etc…je me dis que ça devrait être un jeu obligatoire!
        {c’est grâce à ce jeu dans la cour de mon collège à Mourenx que j’ai découvert que je courais plus vite que certains garçons, et c’est un jeu que j’ai beaucoup beaucoup beaucoup utilisé avec mes élèves, pour leur plus grand bonheur. Certains, revus des années après leur passage dans mes cours, m’ont dit que ce jeu les avaient transformés!}

        J’aime

      • Sophie dit :

        Je l’utilise très souvent avec des enfants du primaire auprès desquels j’interviens {bon, on est en pause depuis plusieurs semaines^^}, et je confirme le côté magique de ce jeu, qui parvient à faire courir des petits/petites qui ne courent pas si c’est une autre activité, qui leur donne de la fierté, qui effectivement sollicite leurs prises d’infos visuelles, leurs appuis, et j’en apprend beaucoup sur eux juste à les regarder!

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s