Paire d’As

 

Juin 2018

source

Au moment de la coupe du monde de 2019, je pense que je n’avais jamais entendu parler de Rassie Erasmus et Siya Colisi. Et ça fait un petit moment que j’ai dans mes brouillons quelques liens évoquant cette paire d’As. Une paire à peu près à l’opposé de la paire anglaise qui était face à eux lors de cette finale d’octobre 2019, si vous voyez ce que je veux dire…

Rassie Erasmus a évoqué le fait qu’il croyait dur comme fer à l’idée que le rugby permet d’unifier la force d’une nation et dans le contexte éclaté de l’Afrique du sud, c’est une chose qui pourrait être un supplément d’âme pour cette finale 2019 de la world cup.

Rassie et Siya, même si je ne les connais pas très bien {!} ont, me semble t-il, des soft-skills qui manquent à beaucoup d’autres, et que j’apprécie beaucoup. Générosité – Humilité – Simplicité – Que peut-on dire d’autre??

Je sais que Rassie Erasmus était gravement malade pendant cette coupe du monde… Sûrement plein d’autres choses, à découvrir, ici ou

Une fiche wikipedia très très complète sur cette équipe d’Afrique du sud, qui maintenant évolue sans Rassie, mais toujours avec Siya, que j’évoquerai à nouveau, dans une future note…

{la veste que porte Rassie Erasmus me rappelle un épisode trop drôle vécu lors de la world cup de 2007…}

Cet article a été publié dans Autour des coupes du monde, Autour du rugby, ailleurs, Le rugby et moi. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Paire d’As

  1. André Boeuf dit :

    Quelle belle photo…Quel beau duo….Un parfait équilibre général…Un plaisir de regarder ces deux francs sourires.

    J’aime

  2. André Boeuf dit :

    Ce qui est beau, dans cette photo, c’est, en particulier, cette impression première d’une symétrie parfaite alors que non. Le jaune est distribué différemment, les bleus/verts sont légèrement nuancés, les antilopes -les Springboks- ne sont pas identiques en tailles et en nombre, le col d’un côté, la cravate de l’autre, un arbre en arrière plan face à un bâtiment éclairé, un homme noir et un blanc, deux sourires, oui, mais des expressions provoquant des sensations totalement autres dans les attitudes. Une sorte de joie intérieure chez l’entraîneur alors que la physionomie du capitaine reflète un calme, une sérénité parfaite. Et l’écusson sur le maillot….On pourrait continuer à analyser au fur et à mesure de l’observation…
    Mais il vaut mieux souligner que, de toutes ces différences, nait un tableau unique. Certainement l’idée recherchée, volontairement ou non, par le créateur- photographe.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s