A Galway

 

source*

Galway

Avec cette brise océane
trois ou quatre mouettes
passent entre les poteaux de but

{source}

Pour voyager sans bouger

Rayon de soleil irlandais

Un pré illuminé

{moi^^!}

*L’auteur/e? de ce fil twitter a le même goût que moi pour les prés atypiques, sans publicités…Plein de petites merveilles!

Cet article a été publié dans Au gré des prés, Autour du rugby, ailleurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour A Galway

  1. frederic1892 dit :

    On a les mêmes (bonnes) lectures !

    Mais je ne t’ai jamais croisée sur Twitter… où est ce que je te trouve ?

    (Je suis @frederic sur ce réseau)

    J’aime

    • Sophie dit :

      Je ne suis pas sur Twitter ^^ C’est par le biais d’un monsieur italien, qui tient la page Facebook « Rugby.it » et qui a publié cette photo…en citant sa source que j’ai découvert cette petite merveille!

      J’aime

  2. André Boeuf dit :

    C’est vrai que c’est beau.
    Si doux.
    Si vert, si bleu.

    J’aime

  3. Sergio dit :

    Un terrain taillé dans le vert irlandais.
    Le soleil s’est posé comme une immense guirlande éclairante.
    Le tout bercé par la houle du coin. Rien à voir avec Bercy ou l’Arena

    J’aime

  4. Christian B dit :

    magnifique, ça donne envie de (re)jouer !!!! …mais où sont les vestiaires ?

    J’aime

    • Sophie dit :

      J’allais signaler à Sergio « Pas de tribunes », contrairement à Bercy ou l’Arena, et donc obligation t’apporter son petit siège, mais effectivement « Pas de vestiaires » too! Peut-être un peu plus loin à l’extérieur du cadre de la photo?? Le monsieur italien avait mis en lien un bidule google maps mais j’ai pas trouvé! {on voit un tas d’affaires, de sacs, sur le bord du terrain, donc peut-être bien que « Pas de vestiaires et pis c’est tout »^^!}

      J’aime

  5. André Boeuf dit :

    Comme à Bagatelles, dans le temps; et peut-être encore maintenant?
    Les vestiaires, extrêmement vétustes et petits. Avec, parfois, dans les bons jours, un filet d’eau en guise de douches. Le long de la Seine, et , de l’autre côté de la route; les terrains de foot (une dizaine) et de rugby (trois). Distribués, pour l’un, à l’extrême gauche, pour le principal au centre, disons en face de ces vestiaires et, pour le troisième, à l’extrême droite.
    C’est vrai que, souvent, les joueurs faisaient suivre leurs sacs après s’être changés.
    Mais j’ai déjà parlé de cet espace de jeu bien connu de tous les rugbymen (et footeux) de la banlieue Ouest entre le pont de Suresnes et pont de Puteaux.
    Mais j’ai connu d’autres espaces de ce genre autour des grandes villes. Comme à Bordeaux, par exemple, où nous avons perdu une 1/2 finale de championnat de Rugby Ecxel contre un Lycée de Lourdes. Mais je pense en avoir aussi déjà parlé ici….

    J’aime

    • Sophie dit :

      Oui, tu l’as évoqué! Je n’arrive pas à retrouver à la suite de quelle note {le moteur de recherche de ne marche pas pour les commentaires ^^}. Pas dans les commentaires des notes de la rubrique « Au gré des prés », en tous cas, j’ai vérifié…et redécouvert plein de notes!^^

      J’aime

      • frederic1892 dit :

        Ah Bagatelle !! je ne résiste pas… je suis parisien.. j’ai d’abord fréquenté cette pelouse avec mon collège/lycée.. puis de nombreux matchs de rugby folklo/corpo avec le coffre de la voiture comme seul vestiaire… et des matchs de foot du dimanche avec les copains… sans oublier le très joli Parc de l’autre côté de la route dont la roseraie et le calme valent bien la pièce à payer à l’entrée !

        Et se rappeler aussi que c’est ici que fut joué la première finale du championnat de France en 1892 (même si c’était sur le très chic terrain du Polo Club plutôt que sur le terrain municipal ouvert à tous – NB pas sur que ce distingo avait cours en 1892…)

        Par ordre chronologique:

        Photo 1 : souvenir des années « scolaires ». LYcée Michelet. Un match du jeudi ? (NB: la « Folie d’Arois » du Parc de Bagatelle à l’arrière plan)

        Photo 2: comme disait André, les terrains courent le long de la Seine. La grande crue de 1910 suggérait la pratique du water-polo plus que du rugby…

        Photo 3 : pendant la grande guerre, on a retiré les poteaux pour transformer l’endroit en parc à bestiaux pour le ravitaillement de Paris….

        J’aime

      • Sophie dit :

        Merci merci!
        Je ne suis pas parisienne 😉 et ne connais pas en vrai ce terrain, mais merci messieurs pour cette évocation…{les coffres de voiture comme vestiaire, LA solution pour ces prés champêtres!^^}
        La photo du terrain sous l’eau est amazing… Ces photos, Frédéric, je les découvre, et quel plaisir!

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s