« Du classique gros »

 

source

Voilà un documentaire que j’ai raté, en février dernier, avec regret… L’histoire de ce jeune Soane, rugbyman, qui rêve de faire de la danse classique.

Hier, avec les stagiaires de BPJEPS APT dont je m’occupe, on évoquait la nécessité d’ouvrir l’offre de pratique sportive sans a priori d’activités de filles ou de garçons. Soane en est un bel exemple, et sa motivation lui a permis de faire face à tous les a priori de ses copains, ses cousins {qui l’ont charrié de ouf}, avec un bel humour.

On peut l’entendre et le voir danser ICI

Le documentaire était réalisé par Olivier Lemaire

Et une présentation écrite est accessible ICI, une autre ICI

 

Et pour ceux/celles qui ont la flemme de cliquer sur les liens, voilà ce qu’on peut y lire!

 

Soane a 18 ans. Il est un élève en grandes difficultés en terminale ES. Il vit à la campagne à une heure de Bordeaux avec son père tailleur de pierre et sa mère ouvrière agricole. Après avoir fait du rugby toute son adolescence il se découvre une passion pour la danse à 17 ans, ce qui provoque l’incompréhension de son entourage.
Il est reçu aux auditions du Conservatoire de Bordeaux en danse contemporaine et devient très vite l’un des meilleurs. Il faudra impérativement qu’il ait son bac s’il veut continuer à danser et devenir professionnel. C’est l’histoire d’un changement de trajectoire sociale et culturelle, d’un garçon déterminé, d’une passion et d’un rêve.

***

Soane vit avec ses parents à une trentaine de kilomètres de Bordeaux dans un petit village.
Il est très mauvais élève, en terminale avec un an de retard. Betty sa mère est native de la région. Son Père, Gérard, maçon tailleur de pierre, est arrivé il y a vingt ans de son île natale La Réunion. Patriarche fort en gueule, il rêve pour son fils d’une carrière dans le rugby. Soane fait de la danse hip hop. Depuis quelques années, il rêve de devenir un danseur professionnel. Il auditionne à 17 ans au prestigieux Conservatoire de Bordeaux en danse contemporaine malgré d’importantes lacunes techniques, les autres candidats ayant sept ou huit ans de techniques derrière eux. Soane est pris car il a une présence exceptionnelle sur un plateau et une détermination supérieure à ses camarades éduqués du Conservatoire… Parmi les rares garçons sélectionnés, il est le seul à ne pas être issu d’une famille favorisée et dans laquelle la culture tient une place naturelle. Soane est aussi le seul métis.

Parallèlement au Conservatoire, il vient de faire sa rentrée au lycée en terminale. Son emploi du temps est chargé entre le lycée, l’enjeu final du bac, ses quelques vingt heures de danse par semaine, les trajets, les copains, les filles… Difficile pour lui de conserver une vie d’ado.
Le film raconte cette année charnière de Soane jusqu’aux échéances cruciales du baccalauréat qu’il doit absolument obtenir s’il veut poursuivre dans une formation supérieure de danse. Au mois de juin, Soane saura si une vie de danseur peut s’ouvrir à lui.

Cet article a été publié dans Autour du rugby, par ici. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour « Du classique gros »

  1. jean tienhain dit :

    « Il est un élève en grandes difficultés »
    « Il est très mauvais élève »

    Franchement ça me révulse ces formules à la con. Leurs foutrais des baffes…
    C’est tout ce que j’ai à dire.

    J’aime

  2. Sergio dit :

    Un nouveau Billy Elliott? 🤔

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s