Richard le bienheureux

 

 

Ça m’arrive d’oublier de sourcer une photo {c’est quand même méga méga méga esssseeptionnel! 😉 }, mais là, je vais faire essssprès de ne pas la sourcer. Tellement ça m’énerve de trouver des photos sans aucun élément permettant d’en comprendre autre chose que « Tiens, elle est pas mal cette photo ». C’est le cas de celle-ci.

En bidouillant/cherchant, j’ai découvert que ce monsieur est Richard Astre. Il a l’air heureux, donc je suppose que c’est après une victoire. Avec l’équipe de France vu le coq sur le coeur. Un Angleterre-France, si j’en juge par l’accoutrement du policier sur la droite? Années 70 si je calcule par rapport à l’année de naissance de Richard Astre??

 

Bref, c’est fou le nombre de personnes qui s’asseyent sur le Qui-Quoi-Où-Quand… Surtout sur Pinterest…

Cet article a été publié dans Histoire du rugby, par ici. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Richard le bienheureux

  1. André Boeuf dit :

    J’ai toujours plaisir à voir et à revoir Richard Astre avec qui j’ai été au Lycée Berthelot de Toulouse et joué quelques matches amicaux en scolaire et au T.O.E.C. Un grand joueur -immense- et une personne plus que bien.

    J’aime

    • Sophie dit :

      Ah ben dis, chouette « copain de classe »! J’ai lu sur sa fiche Wikipedia qu’un de ses surnoms était « Le petit Mozart du rugby »…

      J’aime

      • André Boeuf dit :

        Il n’était pas dans ma classe, Plus jeune que moi de deux ans. Il jouait dans les matches interclasses et en ASSU. Et puis, au T.O.E.C., bien sûr, en première! Pour ma part, quelques matches amicaux où il venait jouer. La grande classe, et d’une discrétion, d’une simplicité exemplaires.

        J’aime

      • Sophie dit :

        Merci pour ces précisions…Discrétion et simplicité, voilà bien deux traits de personnalité que perso, j’apprécie beaucoup, mais si l’on en juge par ce qu’en dit Philippe Tastet, c’est assez rare pour un n°9! 😉

        J’aime

      • Sergio dit :

        Plutôt flûte traversière que déménageur de piano…

        J’aime

  2. Serge EYNARD dit :

    Au TOEC était avec Jack Cantoni qu’il retrouvera à Béziers et bien sûr Elie Cester et Jean Salut. S’il s’agit bien d’un Angleterre-France et d’une victoire de l’EDF, ça doit être celui de 1975 où l’EDF l’emporta 27-20. A noter qu’au cours de ce match JP Rives jouait n° 8.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s