Ecriture, dessin, pinard, rugby…

 

source

Mathurin Méheut

 

 

Les soldats de la Grande Guerre ne devaient pas imaginer la richesse que seraient leurs carnets, retrouvés, conservés, carnets écrits au quotidien de leur p… de guerre.

Comment survivre à l’ennui, à l’horreur, physique et mentale de cette guerre…

Comment ne pas comprendre que picoler dans les tranchées étaient un moyen d’y survivre

Plusieurs de ces carnets sont en ligne.

Ceux de Marceau Nédoncelle

De Maxime Dubois

D’Alexandre Poutrain

Et dans ceux de Louis Barthas, on peut découvir qu’on joua aussi au rugby au bord des tranchées, entre soldats.

Le tonnelier de Peyriac-Minervois Louis Barthas, raconte ces parties où l’Allemand devait voir, à l’occasion, passer dans les airs des «obus» de forme ovoïde, qui eux, donnaient lieu à de joyeuses batailles.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Le rugby et les guerres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s