Poppy time

De retour après un petit séjour en Angleterre, et plein de poppys vus sur beaucoup de revers de manteaux…

Je me suis replongée dans cette histoire, évoquée sur ce blog il y a trois ans, et je complète avec un extrait du poème dont découle cette campagne du coquelicot :

Nous sommes les morts. Quelques jours auparavant
Nous vivions, sentions l’aurore, voyions le coucher de soleil,
Aimions et étions aimés ; aujourd’hui, nous sommes couchés
dans les champs de Flandres.

 

coquelicot

bleuets

st-girons-1914

 

L’ancienne note est donc ICI, avec la source de toutes les photos, dont celle de cette équipe de moustachus de Saint Girons, en 1914*, dont plusieurs joueurs mourront au front.

Et une pensée toute spéciale pour Lazare Ponticelli, le dernier poilu français ayant combattu en 1914-1918, mort il y a 8 ans, qui m’avait beaucoup émue lors d’une de ses dernières interviews.

* Bien évidemment proposée par Frédéric

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire du rugby, par ici. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Poppy time

  1. frederic1892 dit :

    Le coquelicot va très bien avec la rose, que ce soit en broderie https://c2.staticflickr.com/4/3706/19103312866_f2f27bf2d3_b.jpg ou en bronze https://youtu.be/0zaWMkZe0Pw
    Deux initiatives de mon musée du rugby préféré !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s